Description du projet

Conférence à l’interallié d’Emmanuelle de Boysson : le mystère des frères Daniélou.

Bonsoir à tous. Je suis heureuse d’être parmi vous à l’interallié pour y parler de mon livre : « le cardinal et l’hindouiste », paru aux éditions Albin Michel en octobre de l’année dernière. Assise devant vous, je ne peux m’empêcher de me souvenir de l’attitude de Jean Daniélou quand il prononçait une conférence. Il était désappointant, agité, pétillant, pétulant, intarissable. Sa petite voix sur-aigue portait une inextinguible passion qui volait au-dessus de nos têtes. Rien ne l’arrêtait : il envoûtait. Je me souviens : il avait décidé de parler des grandes valeurs : de la liberté, du bonheur, de la beauté. Je le vois encore, je l’entends nous communiquer son enthousiasme débordant. Je n’aurai pas la prétention de l’imiter, je n’y arriverai pas. Je voudrais seulement tenter de partager avec vous le bonheur que j’ai eu à écrire ce livre. La nécessité aussi. Je m’explique : l’idée de consacrer un livre aux Daniélou me travaillait depuis longtemps. Pourquoi les Daniélou me direz-vous ? Tout simplement parce que je suis l’arrière petite fille de Madeleine et de Charles Daniélou et donc, leurs fils Jean et Alain étaient mes oncles. La personnalité de Madeleine a marqué l’adolescente que je fus. Il y avait de quoi ! Madeleine était une maîtresse femme, mais j’y reviendrai… Permettez-moi d’évoquer, encore pour un instant, mon lien avec cette famille. Catherine, ma grand-mère, fut l’épouse de l’avocat Georges Izard. Elle avait deux autres frères : François et Louis, tué en 1942, alors qu’il survolait Gibraltar lors d’une mission du Général de Gaulle et une sœur : Marie.

 

Lire la suite