David Hamiltonamelie-nothomb-et-ppdaAurélie et AmélieAure Atika anne Nivatle-jury-du-prix-de-la-closerie-des-lilas-2015 toutesLe jury remise avec la lauréate sympa jury-prix-closerie-lilas-2015-303-copie-420x280Ca c’est… Paris

FEMMES DU MONDE LE FIGARO ET VOUS

par Anthony Palou

 

Ah !, cette bonne vieille Closerie. Votre serviteur se souvient de ses frasques, attablé tous les soirs avec Jean-Edern Hallier. Vodka sur vodka, ça y allait. L’écrivain ne regardait pas la note qui devait être salée comme un bloody-mary.  A l’époque, il y avait encore ce charmant vivier où les homards et langoustes attendant leur mise à mort regardaient, goguenards, les noceurs ronds comme des queues de pelle tituber. Il y avait, sur les banquettes de moleskine de vrais piliers :  Philippe Sollers, Renaud, Etienne Roda-Gil, parfois Serge Gainsbourg, tous auréolés de volutes. Parfois, au hasard des rencontres, on couchait à la va-vite dans la cabine téléphonique du sous-sol. Marc-Edouard Nabe avait surnomé l’endroit « la Causerie des blablas » tant il est vrai que ça balançait sec à l’heure du six o’clock. Alors voilà, il fallait bien relancer l’aventure. Chose faite : la romancière Emmanuelle de Boysson et la fille des délicicieux propriétaires du lieu – Miroslav Siljegovic et sa femme Colette – Carole Chrétiennot ont créé il y a maintenant neuf an le prix de la Closerie. Un prix de femmes. Nous sommes désormais chez elles. Il y avait là une faune sympathique, du beau linge, attention la liste est longue et mondaine, visez le casting : Cécilia Attias, Roselyne Bachelot, Aurélie Filippetti, PPDA, Serge Moati, Michel Field, Gonzague Saint-Bris, Pascale Arbillot, Tatiana de Rosnay, Jessica Nelson, Anne-Claire Coudray, Cathérine Ceylac, Sarah Lavoine, Aure Atika, Farida Khelfa, Anne Nivat, Catherine Jacob, David Hamilton, Axelle Laffont, Elsa Zybertsteine, Claudine et Jeanne Frank, on en passe… Le prix de la Closerie fut décerné à Saïdeh Pakravan pour son roman « Azadi » (Belfond) et l’adimrable Marcellline Loridan-Evens fut élue femme de l’année. Sur les coups des dix heures, les plus jeunes d’entre nous ont commencé à se secouer sur le dance-floor improvisé. Amélie Nothomb, belle robe noire à la croix diamantée bysantine n’est pas en reste. Champagne pour tout le monde. Un seul regret : il n’y a plus de cabine téléphonique au sous-sol.