antigone

**** Chronique de Jess ****

Au début du XXe siècle, Valentine, une jeune Bretonne insouciante, monte à Paris, au bras d’Antoine, son mari austère et volage.

Introduite dans la société mondaine de la capitale et ses salons littéraires, elle rencontre des femmes libres qui la fascinent et l’attirent. Colette, Renée Vivien, Liane de Pougy, Élisabeth de Gramont et surtout l’irrésistible Natalie Clifford-Barney. À leurs côtés, Valentine va bientôt se rêver écrivain.
Mystérieuse et magnétique, l’amazone Natalie, qui devient bientôt sa «Natty», l’initie aux délices littéraires et aux amours saphiques. Naît alors en Valentine une passion pure et dévorante, dont elle pourrait bien ne jamais revenir…
 

Valentine Beauregard, la petite vingtaine quitte sa Bretagne natale suite à son mariage d’avec Antoine Beauregard pour monter s’installer à Paris. Elle qui rêve de la vie parisienne ne va pas être déçue. Invitée à toutes les soirées mondaines, elle va faire la connaissance du beau monde parisien, notamment Colette et une certaine Natalie Clifford-Barney, une riche Américaine installée à Paris qui est connue pour ses amours saphiques. 
La prude Valentine ne mange pas de ce pain-là et va tout faire pour éviter l’Américaine. Mais au fond d’elle, elle est troublée par cette femme libre qui vit comme elle veut sans attache et qui va lui faire une cour assidue. Valentine est au courant de ses nombreuses conquêtes et son mari lui déconseille fortement de la revoir. Mais l’attirance va finalement l’emporter sur la raison et « Natty » finira par séduire la jeune Valentine et lui ouvrir les portes de la passion amoureuse. Car c’est une véritable passion qui va lier les deux femmes, jusqu’au moment où Natalie se lassera de la jeune Valentine. Elle n’aime pas les attaches et aime surtout séduire de nouvelles femmes.
Il sera difficile pour Valentine de vivre cette histoire dans la clandestinité. Elle qui voudrait pouvoir laisser libre cours à son amour et vivre avec son amante va vite déchanter surtout quand Natalie va se mettre à fréquenter Lily, l’amie de Valentine.
 
J’aime beaucoup les romans qui mêlent fiction et réalité. Ici Emmanuelle De Boysson nous immerge dans la Belle Epoque et c’est un véritable bonheur. J’ai eu l’impression de lire un roman de Maupassant ou de Zola et de faire un saut dans le passé. La description du Paris de l’époque est parfaite tout comme la retranscription des soirées mondaines et littéraires. La rencontre de grands artistes de l’époque comme Colette, Proust ou Apollinaire est tout simplement captivante. Je me suis amusée à chercher des photos de toutes ses personnes afin d’être un peu plus immergée dans l’histoire. 
Je me suis prise d’affection pour Valentine et sa naïveté. J’aurais aimé la mettre en garde contre cette croqueuse de femme qu’est Natalie Clifford Barney. J’ai eu un peu plus de mal avec ce personnage. Je l’ai trouvé égoïste, imbue d’elle-même, narcissique et un peu perverse sur les bords. 
Les grandes périodes de l’Histoire sont aussi très bien dépeintes et se marient à merveille avec l’histoire racontée par Emmanuelle De Boysson, l’affaire Dreyfus, la Grande Guerre et la grippe espagnole (dont la description m’a fait beaucoup penser à ce que nous vivons actuellement d’ailleurs!). L’auteure a fait un travail de recherche remarquable sur la Belle époque jusqu’aux années folles et sur les personnalités de l’époque qui rend son roman admirable.
 
Un roman qui se savoure ! 
Critique d’Antigone Héron
J’avais lu Que tout soit à la joie l’an passé de Emmanuelle de Boysson. J’étais donc très curieuse de lire cette année son roman de rentrée. La première surprise a été de retrouver assez vite la légende d’Ys dans les pages de ce livre, mais également toute une pléiade de personnalités célèbres. En effet, nous suivons Valentine, jeune bretonne mariée à Antoine, beaucoup plus vieux qu’elle. Il emmène sa femme vivre à Paris. Ce mondain a quelques entrées dans certains cercles. Il présente notamment Valentine à Colette lors d’une soirée, soirée dans laquelle la jeune femme va également faire la connaissance de Natalie Clifford-Barney. Celle-ci va beaucoup la troubler et va ensuite n’avoir de cesse de la poursuivre de ses assiduités, jusqu’à ce que Valentine succombe et tombe éperdument amoureuse. Natalie joue cependant au chat et à la souris avec Valentine, usant et abusant de ses charmes sur les femmes qu’elle rencontre, arrivant en général à ses fins, comme avec Elisabeth de Gramont, pourtant la confidente de Valentine. La jeune femme essaye par ailleurs d’écrire, s’attelle à raconter La légende d’Ys, puis son enfance en Bretagne, mais la jalousie et le désir la torturent continuellement. Jusqu’à quelle extrémité va-t-elle la conduire cette passion dévorante ? Il m’a fallu un peu de temps pour m’attacher à Valentine, au départ assez sèche dans ses réactions et au comportement à la fois naïf et glacé. Puis, la description d’une telle époque, si attachante, celle où on pouvait croiser dans une réception, à la fois Proust, Appolinaire, Anna de Noailles a su me trouver. Emmanuelle de Boysson montre dans ce livre la face cachée d’un Paris qui s’adonne sans complexes, ou presque, aux plaisirs saphiques. Pourtant, les femmes jouaient souvent là leur réputation ou leur avenir financier. Ce roman est très sensuel mais surtout captivant. La fascination magnétique de Natalie Clifford-Barney y est pour beaucoup, ainsi que les battements d’ailes d’une Valentine, blanche colombe que l’on devine très vite en sursis.